Étiquette : France

Ahmed Tamène nous a quittés

Avec son épouse Marcelle, Ahmed était un fidèle de la Maison de la Méditerranée, du groupe de dialogue et d’amitié entre chrétiens et musulmans et aussi d’autres associations amies comme « Un Livre Une Vie ».     Sur cette photo, on le voit avec Marcelle lors de l’exposition « Parcours en Résistance »

L’école et les enfants de l’immigration

Le Groupe de Recherche sur les Migrations en Bourgogne (GREMIB) a organisé un séminaire le 6 novembre 2015 (en faculté de droit) sur « L’école et les enfants de l’immigration ». La Maison de la Méditerranée y participait. Benoît FALAIZE, docteur en histoire, chargé de mission « Laïcité » au Ministère de l’éducation nationale, présentera les réflexions

Film Home sweet Home 

le 18 mars 2015, La Maison de la Méditerranée organisait la projection du film Home sweet Home   à la MJC Montchapet,en présence de l’auteur, Abdelali Razqui.  et d’une trentaine de Côte-d’Orien(ne)s. Dans ce documentaire de 30 minutes produit par l’association Soleil d’Or , neuf femmes dijonnaises , « venues d’ailleurs » témoignent : quelles valeurs leur ont été transmises ? Comment se sont-elles  construites ? Comment transmettent-elles ces valeurs à

Les Côte-d’oriens d’aujourd’hui et l’Algérie de 1954 à 1962

L’exposition rassemble les témoignages illustrés et des objets d’une quarantaine de Côte-d’Oriens. Ils ont vécu la période de la guerre d’Algérie, ici ou « là bas », acteurs volontaires ou non, d’un côté et d’un autre, en Côte-d’Or ou en Algérie, métropolitain, «indigène », « pied noir », immigré, juif

Le « politiquement correct » dans les relations Blancs – Noirs

par Carlos Velandia-Coustol du Groupe RepMut -Représentations Mutuelles », 12 mai 2014 Dans le cadre d’une recherche sur les relations entre les Français et les Migrants d’Afrique Subsaharienne, Carlos Velandia-Coustol nous a parlé des relations entre les personnes perçues respectivement comme Noirs et Blancs en Bourgogne. Les recherches classiques en

Mémoires d’un bidonville dijonnais : La Charmette

Cette exposition a été élaborée dans le cadre d’une l’animation en 2007 et 2008 sur les mémoires de ce  bidonville dijonnais.Elle s’intègre dans le croisement des mémoires locales sur les immigrations. Ce “ village nègre”, au nord de Dijon, était en effet habité par 150 personnes, venues d’Algérie et du

Mémoires dijonnaises des Tirailleurs Marocains

De nombreux Dijonnais sont d’anciens Tirailleurs Marocains ou, du moins, sont leurs enfants. Du Maroc à Dijon, ils ont pu passer par l’Indochine en guerre ou par l’Allemagne. Leurs itinéraires croisent les « traversées de la Méditerranée », qu’ont effectuées d’autres Côte-d’Oriens, pour certains par leur origines familiales (immigration, exil, rapatriement, …),