Film : « À chacun son Algérie »

« Les Dijonnais d’aujourd’hui et l’Algérie de 1954 à 1962 »

Le film « A chacun son Algérie » est monté grâce à des témoins. Ceux-ci, Côte-d’Oriens aujourd’hui, sont Algériens, Français ou les deux à la fois, pied-noirs, pour ou contre l’ indépendance, militaires, combattants du FLN, harkis, pacifistes, petits paysans que la guerre a broyés, « fils ou filles de… », qui souffrent, une ou deux générations plus tard, d’une histoire qui les écartèle encore.

Certains ont parlé de ces événements pour la première fois lors des entretiens qui ont précédé le film. D’autres n’ont pu s’y résoudre. Les plaies sont toujours vives pour ceux qui ont été mêlés, d’une manière ou d’une autre, à ces sept années de guerre et à la colonisation. Le silence est encore lourd sur ces «  évènements d’Algérie ».

Le film ne veut pas raviver ces souffrances mais aider à relire ces pages pour mieux les tourner. Dans chaque commune, dans chaque région, des gens se côtoient sans rien savoir de l’histoire des autres, pourtant mêlés à la même « Histoire ». Pour tous, il s’agit de vivre ensemble aujourd’hui avec des passés conflictuels, et de construire des avenirs  avec des personnes imprégnées d’une mémoire «radicalement» différente. « Radicalement », car on est bien là aux racines du mal franco-algérien.

Quatorze entretiens ont été diffusés sur France 3. Les illustrations sont des photos de l’époque conservées par les témoins. Puis nous avons rassemblé ces témoignages, une parole rebondissant sur une autre, traitant des raisons de cette guerre, des combats en Algérie et en métropole, du départ et de l’arrivée en « métropole », mais surtout d’histoires personnelles ou familiales dont le récit contribue à alléger la souffrance et à améliorer la compréhension entre les héritiers de mémoires antagonistes

Le film sert de support à des débats organisés par ou pour différents publics : immigrés,  rapatriés, anciens combattants, « chibanis », syndicalistes, chercheurs en histoire ou en sociologie, lycéens, … en France et en Algérie.

Un film de Caroline Philibert et Luc Thiébaut, 55’, produit par la Maison de la Méditerranée.

DVD de 56 minutes, 10 € (+ port) pour usage privé. A commander à La Maison de la Méditerranée ; maisondelamediterranee@gmail.com  ou 06.24.12.23.26.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *