Étiquette : Guerre

Maïssa Bey

Cercle des lecteurs très spécial, le mercredi 29 novembre 2017, dans le cadre des Nuits d’Orient. Le livre retenu était « Nouvelles d’Algérie » de l’auteure algérienne Maïssa Bey. Ces nouvelles, sauf une, se situent dans le cadre des années 90, les années noires de l’Algérie. Pour cette soirée, qui a eu

Film : « À chacun son Algérie »

« Les Dijonnais d’aujourd’hui et l’Algérie de 1954 à 1962 » Le film « A chacun son Algérie » est monté grâce à des témoins. Ceux-ci, Côte-d’Oriens aujourd’hui, sont Algériens, Français ou les deux à la fois, pied-noirs, pour ou contre l’ indépendance, militaires, combattants du FLN, harkis, pacifistes, petits

Mémoires de Tirailleurs Marocains le 28 novembre à Longvic

Les mémoires des tirailleurs marocains à Dijon étaient invitées à Longvic, le 28 novembre 2015 . Devant 300 personnes, L’association des parents franco-maghrébins qui organise cette fête avait demandé à la Maison de la Méditerranée d’animer un hommage à ces Chibanis, nos concitoyens. Plusieurs témoignages, émouvant, de la part de participant(e)s, enfant

Les Côte-d’oriens d’aujourd’hui et l’Algérie de 1954 à 1962

L’exposition rassemble les témoignages illustrés et des objets d’une quarantaine de Côte-d’Oriens. Ils ont vécu la période de la guerre d’Algérie, ici ou « là bas », acteurs volontaires ou non, d’un côté et d’un autre, en Côte-d’Or ou en Algérie, métropolitain, «indigène », « pied noir », immigré, juif

Mémoires dijonnaises des Tirailleurs Marocains

De nombreux Dijonnais sont d’anciens Tirailleurs Marocains ou, du moins, sont leurs enfants. Du Maroc à Dijon, ils ont pu passer par l’Indochine en guerre ou par l’Allemagne. Leurs itinéraires croisent les « traversées de la Méditerranée », qu’ont effectuées d’autres Côte-d’Oriens, pour certains par leur origines familiales (immigration, exil, rapatriement, …),