Étiquette : Maroc

Pique-nique  d’échanges  sur les dialectes berbères

un dimanche de mai 2015 , 22 Dijonnais se sont réunis pour « échanger sur les parlers berbères de Dijon », Certains ont comme langue maternelle le kabyle, le chleuh, le chaouia, le taselhit  . D’autres sont simplement curieux de ces dialectes, de cette langue berbère, de ses liens avec le français, l’arabe, le latin, l’italien

Film Home sweet Home 

le 18 mars 2015, La Maison de la Méditerranée organisait la projection du film Home sweet Home   à la MJC Montchapet,en présence de l’auteur, Abdelali Razqui.  et d’une trentaine de Côte-d’Orien(ne)s. Dans ce documentaire de 30 minutes produit par l’association Soleil d’Or , neuf femmes dijonnaises , « venues d’ailleurs » témoignent : quelles valeurs leur ont été transmises ? Comment se sont-elles  construites ? Comment transmettent-elles ces valeurs à

Le pays d’où je viens, le pays d’où je reviens !

Regards croisés sur des photos personnelles de cette année et d’il y a longtemps ; petites rencontres d’échanges de souvenirs et de témoignages. Nous  essayons de croiser un regard touristique (récent) et un regard sur le “berceau familial”. Sont déjà prévues les rencontres sur : La Casbah d’Alger et le jardin d’Essais,

Traversées méditerranéennes du Musée des beaux-arts de Dijon

samedi 6 décembre 2014 au matin, une trentaine de Dijonnais ont échangé autour d’œuvres en lien avec des pays du pourtour méditerranéen pour les admirer et les découvrir. Mais surtout nous échangeons sur les  souvenirs  que nous suggèrent ces tableaux, statues, Visite interactive d’œuvres représentant des personnages des 2 rives par des

Ateliers « Avenir de la Méditerranée »

Ce sont des ateliers d’éducation populaire, où nous cherchons à en savoir plus à la fois sur une réalité mais aussi sur les différents points de vue, sensibilités dont la diversité constituent la richesse de la Maison de la Méditerranée. Ceci nécessite que chacun puisse donner son avis et écoute

Mémoires dijonnaises des Tirailleurs Marocains

De nombreux Dijonnais sont d’anciens Tirailleurs Marocains ou, du moins, sont leurs enfants. Du Maroc à Dijon, ils ont pu passer par l’Indochine en guerre ou par l’Allemagne. Leurs itinéraires croisent les « traversées de la Méditerranée », qu’ont effectuées d’autres Côte-d’Oriens, pour certains par leur origines familiales (immigration, exil, rapatriement, …),